Une Prière Pour Charlie Hebdo
De même que l’édition sur le Mur Citoyen, la lecture de ce forum est libre.

Si vous désirez ouvrir un sujet ou commenter ; il vous faudra par contre obligatoirement vous enregistrer pour le faire.

Le fait d'être enregistré vous donnera de plus accès à des forums de discussions généralistes masqués aux non-inscrits.

C'est avec intérêt que vous êtes attendus.

Bienvenue.



Choisit-on d’être gay ?

Aller en bas

Choisit-on d’être gay ?

Message par Anthyme le Jeu 16 Juin 2016 - 11:55

Au sujet du « billet du jour du 15 juin 2016 » de Guillaume Erner :
Choisit-on d’être gay ?:
Lundi dernier, un tweet de François Hollande destiné à rendre hommage aux victimes de la tuerie d’Orlando a fait polémique sur les réseaux sociaux. Ce tweet expliquait, que le meurtrier avait visé, je cite, la « liberté de choisir son orientation sexuelle », et c’est ce verbe « choisir » qui a fait débat.
Est-on libre d’être gay ? Jadis, le progressisme aurait consisté à dire que l’on était libre de choisir, aujourd’hui au contraire, il s’agit de considérer que l’orientation sexuelle ne relève pas d’un choix. C’est ce mouvement que décrivait le philosophe Michel Foucault pour le dénoncer, lorsqu’il écrivait en substance, l’homosexuel était un « relapse, c’est devenu une espèce ». Comprenez : « relapse » il pouvait changer de camp, c'est-à-dire s’amender. Devenu « espèce », il n’a pas d’autre choix que de persévérer dans son orientation sexuelle.
Le passage de la liberté à la contrainte en matière d’homosexualité est en partie une réponse à l’homophobie, notamment à ceux, ils sont quelques uns aux États-Unis, qui estiment que l’on peut soigner les homosexuels. Dans ce contexte, la position des associations homosexuelles est aisée à comprendre. Mais transformer les homosexuels en « espèce », pour reprendre le mot de Foucault, ne va pas sans risque, et ce risque c’est celui de l’essentialisme. Car une fois que l’on a dit que l’orientation sexuelle n’était pas un choix, qu’en déduit-on socialement ? Que fait on alors des bisexuels, des hésitants ? Le risque : donner paradoxalement raison aux homophobes, en enfermant les individus dans une identité unique, laquelle n’est jamais très éloignée d’une essence.
Et l’essence, c’est ce qui met le feu à la société.
Ci-dessous ma réaction déposée en commentaire de l'article.

=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=

Tout d’abord merci pour la grande pudeur de vos propos, que je reçois comme un témoignage de respect pour ceux qui souffrent de la désinvolture avec laquelle les passions s’affûtent avant de trancher.

… … … …

À mon humble avis, le « grand absent » de votre billet ; c’est l’Amour-Grand-A.

Je m’explique :

D’une part, je pense qu’évoquer la bisexualité aurait permis de « désenfermer » les individus d’une « identité unique » qui conduit tout droit les raisonnements dans le piège de l’essentialisme.
D’autre part, l’Amour-Grand-A aurait pu réhabiliter la liberté d’un « choix » .

En effet, au confluent des deux, il est possible de placer « le choix » de renoncer à sa bisexualité pour satisfaire l’attente de son aimé(e).

… … … …

Cette (petite) critique n’entache pas la haute considération que j’ai des différentes rédactions de Charlie/Hara-kiri, qui depuis les origines de la rue Choron ont combattu l’intolérance des jugements à l’emporte-pièce qui se sont toujours exprimés quant à ces questions.

Gratitude et respect.
Bien à vous.

_________________
Rien ne presse ... car tout est là pas loin, à portée de main de cœur et de souffle.
avatar
Anthyme
Admin

Messages : 142
Date d'inscription : 11/01/2015
Age : 64

Voir le profil de l'utilisateur http://www.oniris.be/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Choisit-on d’être gay ?

Message par eclaircie le Jeu 2 Aoû 2018 - 14:14

En effet, au confluent des deux, il est possible de placer « le choix » de renoncer à sa bisexualité pour satisfaire l’attente de son aimé(e). a écrit:

Superbe belle phrase, merci !

partout nous sommes trop :
le client, et non la personne qui se destine à faire un achat
le malade, et non la personne qui est en situation (momentanée) de maladie.
le chiant et non la personne qui dit des choses que je trouve chiantes
le faible et non la personne en situation momentanée de faiblesse

le bon, le sage, le fou, l'homosexuel, l'homophobe, etc, à l'infini.
avatar
eclaircie

Messages : 111
Date d'inscription : 24/07/2018
Age : 62
Localisation : Veyssilieu

Voir le profil de l'utilisateur http://www.poesie-fertile.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum