Une Prière Pour Charlie Hebdo
De même que l’édition sur le Mur Citoyen, la lecture de ce forum est libre.

Si vous désirez ouvrir un sujet ou commenter ; il vous faudra par contre obligatoirement vous enregistrer pour le faire.

Comme vous le constatez, ce forum semble tenir d’un ermitage.
Il n’en est rien, car c'est avec intérêt je vous attends.

Bienvenue.

Pudeurs théologiques

Aller en bas

Pudeurs théologiques

Message par Anthyme le Mar 7 Juin 2016 - 0:37

La création du registre « Théologie » m’a amené à jeter un œil sur d’autres sites, et ai notamment découvert « leforum de Regardsprotestants » où j’ai lu, au tout début du sujet, une phrase qui pour moi en dit long sur l’incapacité de ces « gens d’église » à comprendre le monde dans lequel ils ont la prétention de « théobavarder ».

Citation partielle :
« …/… Juste après le 7 janvier, nous avons eu les manifestations intenses du 11, comme l’irruption d’un rêve de vouloir vivre ensemble, même si nous ne savions pas par quel chemin y parvenir ; alors qu’après le 13 novembre, d’ailleurs redoublé en écho par le « coup électoral » du 6 décembre, nous sommes restés longtemps sidérés, comme frappés d’impuissance, défaits par la vulnérabilité du monde commun. »

Ma réponse :
« Je focalise mon commentaire sur la référence que vous avez faite de l’attentat du 7 janvier ; je veux dire du massacre de la rédaction de Charlie Hebdo.

Il s’agissait là d’une attaque contre une équipe d’éditorialistes qui, de part la constance pluri-décennale de sa virulence à s’attaquer au sectarisme dit « religieux », avait acquis dans l’opinion publique une stature indiscutable de monument laïc.

Vouloir comprendre la dimension sociologique exceptionnelle que prit la réaction populaire du 11 janvier « Je suis Charlie » n’est possible qu’à la lumière de l’indignation provoquée par l’attaque perpétrée contre ce monument.

Personnellement je la comprends ainsi :
« Mesdames Messieurs les religieux de toutes obédiences …
… n’oubliez pas que la première église de France est celle des mécréants »

____________________________________

Tant pis si ça vous heurte, mais comme vous le lisez …
… votre « théologie » me semble bien surfaite. »


Dernière édition par Anthyme le Mer 8 Juin 2016 - 11:18, édité 2 fois
avatar
Anthyme
Admin

Messages : 67
Date d'inscription : 11/01/2015
Age : 64

Voir le profil de l'utilisateur http://www.oniris.be/modules/news/article.php?storyid=20

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pudeurs théologiques

Message par Anthyme le Mer 8 Juin 2016 - 11:09

Toujours dans ce même forum ; en réaction à une vidéo …
http://www.leforumderegardsprotestants.fr/improvisations-protestantes-du-8-fevrier-2016-interview-de-marcel-gauchet/
… où était posée la question :

« On croyait à la fin de la religion, mais on constate qu’elle revient. Qu’en pensez-vous ? »

=========================================

À mon humble avis, il n’y a aucun autre « retour » que celui d’une insidieuse « peur-du-lendemain », consécutive au constat de faillite des « valeurs » hier encore révérées.
Je pense que les sociétés en manque de projet poussent des foules désemparées vers les poubelles de leur passé, tentant d’y trouver un quignon d’espoir.

… … … …

Les Russes commencent à embrasser l’icône de leur nouveau Staline.

Dans moins d’un an, il n’est pas impossible que les Français s’agenouille devant leur nouvelle Sainte Jeanne d’Arc !

… … … …

Je pense que votre définition du mot « Religion » est à préciser.

_________________
Rien ne presse ... on ne meurt que demain.
avatar
Anthyme
Admin

Messages : 67
Date d'inscription : 11/01/2015
Age : 64

Voir le profil de l'utilisateur http://www.oniris.be/modules/news/article.php?storyid=20

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pudeurs théologiques

Message par Anthyme le Mar 14 Juin 2016 - 12:40



Texte déposé sur :
http://www.leforumderegardsprotestants.fr/ce-que-donne-a-penser-levenement-charlie-hebdo-par-olivier-abel/
Concernant l’article intitulé :
« Ce que donne à penser l’événement « Charlie Hebdo », par Olivier Abel »


=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=
=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=







« Ça m’est délicat de commenter cet article avec la pondération aseptisée qu’exige cet honorable forum de regards protestants.
En effet, faire dans la nuance n’est pas mon fort, surtout au sujet d’un « Je-suis-Charlie-Mais » à la dimension si … catholique !

En bon iconoclaste, je trouve plus simple (et certainement moins indélicat mais aussi plus didactique) de m’attaquer à l’« image » qui a été choisie comme illustration : cette dame au regard extatique, avec sa bougie et son « Je-suis-Charlie ».

… … … …

Chacun la « lit » bien sûr comme il veut, cette image, mais moi, elle m’évoque une dame de grande piété qui indéniablement prie.

L’association de sa pancarte et de sa posture me conduit en Luc 6,37 :
« Absolvez, et vous serez absous »
— En substance : absoudre les mécréants blasphémateurs de Charlie —

Personnellement, je la trouve tiède cette dame, avec sa petite pancarte …
… or comme l’Éternel vomit les tièdes …

Si j’étais Dieu, j’aurais préféré qu’elle brandisse autre chose que son insipide « Je-suis-Charlie » …

Ahhhh …
Un tel regard, une telle extase, une telle démonstration de foi en brandissant le N°1173 du 10 décembre 2014 — 27 jours avant le massacre — « Oui aux crèches dans les lieux publics » de Charb !

Ça oui … par contre, dans le très catholique « La Croix » … hum …
… la photo n’aurait jamais été publiée.

… … … …

En son temps, le Pasteur Oberlin avait inventé un test psychologique : chaque catéchumène devait choisir une perle de couleur parmi la multitude d’un tableau.
C’est en fonction de ce choix qu’il arrêtait le sien, concernant la citation qu’il écrivait sur l’image pieuse remise le jour de la cérémonie.

… … … …

J’ignore qui a choisi l’image de cette dame pour accompagner ce texte d’Olivier Abel …
… si j’étais non pas Dieu, mais Oberlin ; je lui dédierais Matthieu 5,13. »


=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=
=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=



Pour vous éviter de chercher :

Matthieu 5,13 :
« Vous êtes le sel de la terre. Mais si le sel perd sa saveur, avec quoi la lui rendra-t-on? Il ne sert plus qu'à être jeté dehors, et foulé aux pieds par les hommes. »

… … … …

Il a fallu deux mois à la papesse de « Théovie » pour me virer et effacer mes textes.
À tout hasard, j’ai fait une copie d’écran de « Regards Protestants ».

lol!

… … … …

Ces gens ont trop fréquenté les cathos !

_________________
Rien ne presse ... on ne meurt que demain.
avatar
Anthyme
Admin

Messages : 67
Date d'inscription : 11/01/2015
Age : 64

Voir le profil de l'utilisateur http://www.oniris.be/modules/news/article.php?storyid=20

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pudeurs théologiques

Message par Anthyme le Jeu 23 Juin 2016 - 13:45

Amusante découverte sur Farcebook : Un forum protestant.
— j’exagère un peu, car cela fait plus d’un an que je l’avais repéré. —



Comme dit dans l’« à propos » ; ce forum avait été créé en 2013 pour faire la promotion d’un candidat « à l'élection du nouveau(elle) président(e) du Directoire de l'EPCAAL ! »



Les gens qui comme moi sont au courant des arcanes de cette élection en riront certainement ; surtout s’ils connaissent comme je le connais pour l’avoir rencontré à l’époque de Parténia-Strasbourg, il y a vingt ans, celui qui en est l’instigateur.
— notez que j’ai la prudence de ne pas citer de nom, car ce type est aussi vindicatif que je suis lâche …
… et tant pis alors pour ceux qui pourraient croire se reconnaître ! —


____________________________________
Puisque j’y parle de « sel », comme dans le sujet précédent de ce ‘fil’ …
Copie de ce que je viens d’y déposer :

« Cette page ressemble à la démonstration de vitalité d'un temple le dimanche matin.

En somme ; chez les parpaillots, c'est maintenant un peu comme chez les cathos, mais en pire ... ou en mieux ... (selon la sensibilité laïque et républicaine de qui évalue.)
Personnellement, je trouve ça très bien.

Non que le sel le l’indignation puisse perdre sa saveur, bien sûr ; mais que les institutions aient perdu, elles, tout crédit au point de ne plus pouvoir s’en prétendre l’expression.

Bel œcuménisme de catacombe ! »


=====================================================


Tiens ! La bête bouge encore :

En date du 25 juin – 18h 23 :

« Bonjour Anthyme.
Cette page a été créée (jadis !) pour accompagner le site web de XXXXX, pasteur à XXXXX, en Alsace, qui était candidat à la présidence de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace-Lorraine, qui s'appelait "Forum Protestant".
Le site visait à créer une plate-forme de débats en ligne pour que les gens puissent discuter de l'avenir de cette Eglise.

Le site a été fermé suite à l'élection du président actuel, mais la page Facebook, qui devait elle aussi être circonstancielle, n'a jamais vraiment l'objet d'une fermeture, qui aurait pourtant pu avoir lieu.

Peut-être pourrait-elle être fermée, aujourd'hui... ou peut-être pourrait-elle être développée dans une autre direction ?
Qu'est-ce vous en pensez ? »

(Nota : j’ai ajouté les ‘à la ligne’ pour améliorer la lisibilité.)

________________________________________
Ma réponse :

« C’est un devoir que je m’impose de ne pas souffler sur une petite flamme qui vacille ; mais une braise presque froide mérite-t-elle cet égard ?

« Direction », dites-vous ?

… … … …

Lorsqu’en haute mer, un capitaine doit choisir un cap, savoir où aller ne suffit pas ; il lui faut également savoir où il se trouve.

En 1996, j’ai par moi-même pu observer à quel point les dirigeants de « Comprendre et s’Engager » se trompaient sur celle qui était la leur, en les observant se perdre dans leur « explicitement évangélique et chrétien »

J’ai vu ces ignorants se saouler de prières et se gaver de jeûnes pour mieux cultiver l’excellence d’une « foi » qui ne faisait que consolider les murs qu’ils prétendaient abattre.

Oui, j’ai écrit « ignorants », mais c’est la seule excuse que je leur trouve.

« Dans une autre direction ? », demandez-vous …
… certainement pas dans celle qui va de l’ « explicitement chrétien et cul-cul-merdique » vers l’« exclusivement français » …
… car c’est la même ! »

_________________
Rien ne presse ... on ne meurt que demain.
avatar
Anthyme
Admin

Messages : 67
Date d'inscription : 11/01/2015
Age : 64

Voir le profil de l'utilisateur http://www.oniris.be/modules/news/article.php?storyid=20

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pudeurs théologiques

Message par Anthyme le Jeu 7 Juil 2016 - 13:26

En rapport avec un sujet sur Karl Barth publié dans le forum « RegardsProtestant ».


Lien youtube : https://www.youtube.com/embed/4rCGw5NkfQk


Copie ci-dessous de ce que j’y ai déposé, où je reprends un large extrait de « Sectarisme œcuménique » :

======================================

À l’instar de Michaël Foessel, je m’empresse de préciser que je ne suis pas de la chapelle protestante, mais également que contrairement à lui je n’ai rien d’un universitaire (— mécanicien de formation —), donc d’une (non-)qualité intellectuelle jusqu’aujourd’hui ignorante de Karl Barth, que je viens de découvrir en lisant sur Wikipédia l’article le concernant.

De cet article je cite les deux dernières phrases qui me semblent très bien résumer les commentaires les deux intervenants de la vidéo :
« …/…Ainsi l'Église chrétienne n'est pas là où nous croyons qu'elle est, mais là où Dieu décide qu'elle est.
Il n'y a donc pour Barth d'attitude chrétienne que critique et inconfortable. »


Ami lecteur, peut-être t’interroges-tu à mon sujet :
« Mais que vient donc faire ici ce type inculte avec son commentaire kilométrique ? »

Aaaaahhhhh … Comme j’aimerais avoir affaire à un pasteur bcbg !

La vulgarité de mon inclination naturelle me ferait alors lui répondre :
« Te servir une bonne grosse louche d’inconfort, mon bonhomme ! »

Mais à toi, ami lecteur dont j’espère la complicité, je répondrais que fidèle aux indignations qui me semblent animer la réflexion de cet indiscutable honnête homme que fut Barth, je viens exprimer mon « regard non-protestant » sur l’engagement de pasteurs alsaciens partis en croisade contre le FN.

Je me fiche de passer pour un Monsieur Jourdain du barthisme, mais je pense l’expression de ma prose capable de servir ; pourquoi la taire ?

Ami, laissons notre pasteur bcbg se détourner, puisque c’est son affaire ; mais toi, fais-moi la grâce de me suivre dans ce récit authentique vieux de vingt ans où tu reconnaîtras peut-être l’illustration d’un « mal » toujours contemporain.

=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=
=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=

13 janvier 1996 — Aumônerie Universitaire catholique de Strasbourg.


La réunion festive de Parténia où se commémorait le premier anniversaire de l’investiture de son évêque, Mgr Gaillot, avait été l’opportunité pour un pasteur de faire connaître l’initiative d’un groupe de ses confrères du nord de l’Alsace partis en croisade contre le F-Haine après les résultats des élections de 1995, de loin vainqueur dans les paroisses où ils officiaient.

L’initiative avait ce jour là été saluée avec enthousiasme par l’ensemble des participants de Parténia-Strasbourg ; dont moi qui, sans toutefois y adhérer de façon formelle, me suis mis à accompagner ce mouvement dénommé « Comprendre et s’Engager » d’un regard très attentif.

Ainsi, malgré mes charges professionnelles et familiales, je me rendais assez régulièrement à ses A.G. qui se tenaient souvent loin de Strasbourg où je résidais à l’époque, de façon à informer au mieux les animateurs de Parténia-Strasbourg de ses initiatives à venir, et pouvoir ainsi s’y préparer à temps en les intégrant à notre calendrier.

L’une d’entre elle m’avait particulièrement séduit :
Une soirée de prière œcuménique que « Comprendre et s’Engager » projetait d’organiser dans une paroisse catholique confrontée au même problème d’un vote F.N. majoritaire.
( À noter : dans les zones rurales du nord de Strasbourg ; les villages sont soit ±90% catholiques, soit ±90% protestants)

À Parténia-Stg la réaction fut prompte et quelques coups de téléphone suffirent pour obtenir l’accord de principe d’une trentaine de musulmans, catholiques, juifs, protestants, bouddhistes tibétains, sans oublier un solide carré d’agnostiques/athées plus ou moins francs-maçons/libertaires, tous disposés à se recueillir dans cette construction méditative d’un soir.
Proposition de participation fut sur le champ envoyée aux animateurs de « Comprendre et s’Engager ».

Le désappointement fut à la mesure de la surprise provoquée par un refus laconique renvoyé quelques jours plus tard, laissant de fait penser qu’il avait été débattu.
En substance :

« Nous voulons préserver le caractère explicitement évangélique et chrétien de notre manifestation »


=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=
=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=

Personnellement, j’ai l’absolue conviction qu’une « réalité d’église » ne peut que légitimer une « réalité sociétale » ; et que par voie de conséquence leur très explicite « œcuménisme-d’église » ne fait que légitimer le très exclusif « œcuménisme-des-urnes » qu’ils prétendent en toute sincérité combattre, mais qu’ils ne font que nourrir … ces pasteurs/huissiers prisonniers d’un esprit de chapelle qui les fait avant tout serviteurs d’un trousseau de clefs.

… … … …

Ami, toi qui probablement connaîs bien la pensée de Karl Barth …
… m’aurait-il rejoint dans mon … jugement ?

Ohhh, je t’entends déjà !
Bien sûr que ce n’est pas beau de juger, ami ; mais que veux-tu ? …
Nous vivons un temps de division où il me paraît primordial de ne pas se tromper avant de compter et peser.


Dernière édition par Anthyme le Ven 8 Juil 2016 - 18:00, édité 1 fois

_________________
Rien ne presse ... on ne meurt que demain.
avatar
Anthyme
Admin

Messages : 67
Date d'inscription : 11/01/2015
Age : 64

Voir le profil de l'utilisateur http://www.oniris.be/modules/news/article.php?storyid=20

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pudeurs théologiques

Message par Anthyme le Ven 8 Juil 2016 - 14:12

Trouvé sous le titre « adoptundieu-com » un texte intéressant d’une certaine Gwenaelle Brixius, et qui me semble en lien avec ce thème du sectarisme protestant.
copie intégrale de l’article de Gwenaelle Brixius:

Si nous lançons une recherche sur Dieu ou la foi, c’est parfois comme lorsque nous cherchons à savoir à quelle maladie correspondent nos symptômes et que, au détour d’un énième forum de discussion, nous apprenons que nous sommes sans doute atteint d’une maladie très grave. Si nous n’avons aucun mal à ne pas prendre ce type de diagnostic au sérieux parce que nous ne sommes tout simplement pas certains qu’il vient d’un vrai médecin, qu’en est-il de nos questions et de nos recherches spirituelles ? L’internet donne accès à un énorme fatras théologique, tellement énorme qu’il est compliqué de trouver exactement ce que l’on est venu chercher ou de déterminer quelle est la tradition véhiculée par les différents sites que nous visitons. Un site très interactif et à l’esthétique très dans l’air du temps, par exemple, n’est pas le gage d’un contenu sérieux ou ouvert d’esprit. Il y a même parfois contradiction entre une apparente modernité et un contenu réactionnaire, voire rétrograde.

Les pièges du consumérisme
En découvrant les différents services qu’offrent les sites les mieux référencés, des questions émergent : ces sites ne favorisent-ils pas l’individualisation du croire et le désengagement ? Ne réduisent-ils pas Dieu et le christianisme à des produits de consommation ou à des objets de divertissement et les textes bibliques à de la littérature Feel Good (1) ? Il n’empêche, ces sites répondent à un besoin spirituel certain, chacun de manière bien singulière. Ils ont en commun de proposer une plate-forme d’expression libre et anonyme, de donner des réponses bibliques ou théologiques plus ou moins sérieuses, de mettre à portée de souris un « expert », d’offrir un espace de pratiques religieuses plus ou moins élaborées. Surtout, ils n’imposent aucune contrainte de lieu ou d’horaire et n’obligent pas à appartenir à une communauté réelle. Le plus connu des sites chrétiens francophones est topchrétien.com. Créé dans les années 90 par Éric Célérié, pasteur pentecôtiste, ce site s’est imposé, grâce à des outils de marketing sophistiqués, comme premier réseau francophone évangélique. Il offre des services aussi divers que de l’information, un parcours d’initiation chrétienne en ligne (s’achevant sur une « prière de conversion »), des cultes filmés, des témoignages, des chaînes de prière, etc.

Une porte vers la foi vécue
À côté de ce mastodonte, un site comme retraitedanslaville.org est attaché à une communauté réelle. Animé par les frères dominicains du couvent de Lille, il propose un accompagnement spirituel en ligne. Les frères insistent pour que leurs visiteurs soient conscients qu’ils sont en union de pensée et de prière avec l’ensemble des frères vivant au couvent. De la même manière, le pasteur Marc Pernot, qui anime la rubrique « Questions et réponses » du menu « Libres réflexions » du site de sa paroisse (oratoiredulouvre.fr), précise aux visiteurs : « Vous pouvez poser toutes les questions que vous avez à cœur. Je vous apporterai une réponse bien volontiers (…). Mais bien évidemment, ce n’est qu’un avis personnel sur la question et, dans notre Église, nul n’est obligé d’être d’accord avec les pasteurs (leurs avis peut d’ailleurs diverger). »
Il est difficile de savoir qui, parmi les visiteurs de ces sites, sont pratiquants, engagés dans une paroisse, distanciés de l’Église ou non-croyants. Plus difficile encore de savoir combien parmi ces visiteurs se décident à un moment de franchir le seuil d’une église. Heureusement, il reste tous ces sites plus institutionnels, ceux de nos Églises et paroisses qui, parce qu’ils sont d’abord informatifs, invitent les internautes à partager avec d’autres une vie de foi vécue concrètement.

Gwenaelle Brixius,
pasteure, aumônier à Strasbourg

(1) Se dit des livres qui font du bien, qui font voir la vie en rose le temps d’une lecture.

Et copie de ma réaction :

________________________________________

« Bonjour Gwenaëlle.

C’est en tant que fondateur et correspondant de forum que cet article m’a interpellé.

Enfin … « Forum » … ?! …
Pour être honnête, il serait préférable de parler d’ « ermitage-ouvert-à-tous-mais-bien-caché-au-fond-d’un-désert », où à défaut de contributions « extérieures » je collecte les textes et réponses des forums que je visite, dont cet article.

J’y ai en effet lu ce qui me semble être un non-sens dont je souhaite vous faire part.

… … … …

Le @net comme outil d’échange « religieux » m’est une découverte récente ( — 6 ans —).

C’est un outil précieux car seule façon pour moi de tenter des discussions « spirituelles » impossibles dans mon cercle de connaissances.
C’est à ce titre et pourquoi votre questionnement concernant « la pratique » [je cite : « Plus difficile encore de savoir combien parmi ces visiteurs se décident à un moment de franchir le seuil d’une église. »] m’apparaît antagoniste, à moi pour qui les « églises » ne sont que des lieux d’enfermements sectaires, dont précisément l’ouverture « internet » me libère.

Ainsi, pour m’y être inscrit un temps, je connais « topchrétien.com. » que vous citez, et qui m’est absolument infréquentable, non car dégoulinant d’une piété qui me répugne (celle que Bonhœffer désignait comme le cri du « dernier carré ») ; mais car reconstitution dans l’espace « virtuel-ouvert » de cet enfermement sectaire.

… … … …

Comme vous le constatez, la divergence de ne serait-ce que cet avis ouvre un débat.

Ce sera une joie pour moi de le poursuivre avec celui que les « hasards » des ‘clics’ et des moteurs de recherche aura perdu au fond de mon désert à fertiliser.

Bien à vous. »

______________________________________________


À noter que ce commentaire n’a pas été publié par « RegardsProtestants » …

… … … …

Ils m’ont l’air vraiment très très pudiques !

Very Happy

_________________
Rien ne presse ... on ne meurt que demain.
avatar
Anthyme
Admin

Messages : 67
Date d'inscription : 11/01/2015
Age : 64

Voir le profil de l'utilisateur http://www.oniris.be/modules/news/article.php?storyid=20

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pudeurs théologiques

Message par Anthyme le Sam 9 Juil 2016 - 12:56

Une tranche de dégoût …

Je parle de la lecture, hier soir, d’un article d’Olivier Abel dans le blog de l’Oratoire du Louvre.

C’en est trop !
Il m’est impossible de ne pas réagir à son répugnant « Je suis Charlie – mais » …
… mais comme je m’exprime chez lui …
… hum … pédale douce !

Ci-dessous mon commentaire :
=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=


C’est étrange une association d’idée …

Cet article que j’ai découvert hier soir date du 13 janvier 2015 ; c'est-à-dire de la veille de l’inhumation de Cabu, de l’avant-veille de celles de Wolinski et Tignous, de l’avant-avant-veille de celles de Charb et Honoré …
… de fait encore si proches de l’institut médico-légal où l’on a mesuré le calibre des projectiles : 7.62mm M43.

C’est étrange une association d’idée …

En lisant hier soir l’article d’Olivier Abel, je me demandais quel était le calibre du clou utilisé pour fixer l’ouvrage de Voltaire sur le torse de ce qui restait du chevalier de La Barre, juste avant le bûcher.

Oh … Elle est saugrenue, cette association, je vous l’accorde.
Mais que voulez-vous, les sentiments sont si peu raisonnables.

Elle vient peut-être du fait d’imaginer ces iconoclastes sur le sol de leur local, leur dernier dessin troué ø7.62 sur la poitrine.

… … … …

Ce matin ça va beaucoup mieux, mais me trouve toujours dans l’Abbeville du 1er juillet 1766.
Pour être précis : je suis dans le salon d’un notable cultivé reconnaissant quelques mérites aux œuvres de Voltaire, certes, mais avec la discrétion pudique qu’il doit au respect de sa foi catholique.

Que murmure-t-il de derrière l’entrebâillement du rideau de la fenêtre qui donne sur la Place du marché aux blés, où a lieu le supplice ?

« Il l’a bien cherché ! »
Humm … Ça ne s’accorde pas avec cet esprit éclairé.

« Un des effets collatéraux de cette exécution : la promotion du protestantisme ...! »
Non — trop froid, presque cynique.[1]

« Je suis de La Barre ! … Mais … »
Ah oui … Voilà qui convient tout à fait !

Je l’imagine très bien poursuivre :
«  … mais qu’avait-il à se vanter d’avoir chanté des chansons impies, et même d'avoir passé devant une procession de capucins sans avoir ôté son chapeau ? … mais quel besoin d’humilier ainsi notre foi chrétienne ? »

… … … …

Le paragraphe 4 « Un symbole » de l’article de Wikipédia « François-Jean Lefebvre de La Barre » comporte à mon humble avis une imprécision fautive en rapport direct avec « ces chemins qu’il nous faudra rouvrir ensemble » évoqués par Olivier Abel.

Je cite la fin de ce §4 de Wikipédia d’aujourd’hui :
« [Voltaire] dénonçant l’excessive répression qu'avait subie le jeune La Barre. »

(Étrange … Encore une association d’idée, cette fois entre l’Abbeville de 1766 et la Jérusalem de Tibère : « Il y a trop de blasphémateurs de crucifiés ! »)

J’ignore comment c’est pour vous ; mais je n’imagine pas Voltaire utiliser ce mot : « excessif » …

… … … …

Une question que je pose à Olivier Abel :

Ça commence où, l’« excessif » d’un dessin satirique ?
Avant ou après celui d’un jeune paillard de 1766 ?


**********************************

Note [1] :
« Groupe Protestantisme Libéral » de Facebook — 5 mars 2015 —
« Un des effets collatéraux des attentats de Janvier 2015 : la promotion de l'athéisme ...! »


=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=


Le texte est actuellement soumis à modération …
… or comme c’est probablement lui qui va le modérer !

À suivre …
Arrow

____________________________________________


Pour info :

_________________
Rien ne presse ... on ne meurt que demain.
avatar
Anthyme
Admin

Messages : 67
Date d'inscription : 11/01/2015
Age : 64

Voir le profil de l'utilisateur http://www.oniris.be/modules/news/article.php?storyid=20

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pudeurs théologiques

Message par Anthyme le Sam 9 Juil 2016 - 15:12

C’est dingue !!!!

Ahurissant !

Je viens de relire une nouvelle fois l’article d’Olivier Abel pour m’en assurer (mon œil en effet interprète plus qu’il ne décode) car je ne veux pas écrire de conneries …

Eh ben non, je ne trouve pas.

C’est seulement maintenant que je réalise qu’il a réussi le tour de force de parler du massacre de Charlie-Hebdo sans jamais le nommer !

Vérifiez par vous-même, et dites moi si je me goure !
Copie intégrale de l’article d’Olivier Abel:
Penser l’événement, c’est en faire l’occasion de différer ensemble, de faire jouer la pluralité des significations et des niveaux où nous sommes atteints. Hannah Arendt s’inquiétait de voir la pluralité politique réduite à la chaleureuse et obscure fraternité. Je ne dirai pas cela de la fête de l’union que nous avons vécue, car elle exprime aussi ce que Ricœur appelait l’irruption rare de l’oublié, du vouloir vivre ensemble. Il faut d’abord faire place à ce sentiment, et c’est bien le style français que ces fêtes de la fraternité, jadis proposées par Rousseau. Mais chez Rousseau souvent le pacte retrouvé se brise en promenades solitaires, c’est son paradoxe, et il nous reste maintenant à transformer cette énergie, ce pouvoir être ensemble, non en union sacrée, à la fois libertaire et sécuritaire, contre un bouc émissaire, mais en capacité détaillée à repenser et refaire lien avec tous ceux qui sont là.
Le droit de rire de tout ? et d’humilier aussi ?
La première chose que cet événement nous donne à penser, c’est sur la culture française contemporaine et la place qu’y a prise le « comique ». Le comique a un lien constitutif avec la démocratie, comme possibilité de rire de tout. Mais nous touchons ici aux limites du comique, de la liberté d’expression et de dérision — limites que nous avions déjà touchées avec l’affaire Dieudonné. Il ne faudrait pas que le « droit de rire de tout » devienne notre sacré ! Ruwen Ogien propose de distinguer les offenses purement émotionnelles et les préjudices concrets qui portent vraiment tort : mais où placer l’humiliation ? Je crois que nos sociétés ont déployé une grande sensibilité aux violences, mais une grande insensibilité aux humiliations, moins mesurables, mais dont les effets se font sentir à long terme. Lorsque l’ironiste adopte un point de vue en surplomb, pointant l’idiotie des autres, il interrompt toute possibilité de conversation. Le problème est que tantôt l’expression de la liberté a une fonction de scandale, vitale pour briser le mutisme complaisant ou apeuré d’une société, tantôt le scandale est purement destructeur, et brise la possibilité d’un monde commun. Or nous ne savons jamais où passe la limite entre les deux. J’ajouterai que dans la « culture française » aujourd’hui, il y a des sujets qui sont trop refoulés dans les marges, interdits d’espace public. Au lieu de cultiver cette ignorance, il faut refaire mémoire de toutes les traditions sédimentées dans notre culture, celle des Lumières, du romantisme et du socialisme, bien sûr, mais aussi celles de l’antiquité grecque et romaine, autant que les diverses traditions « bibliques », car toutes représentent des promesses inachevées, qui se corrigent et se fécondent mutuellement. Et la tradition musulmane a place dans ce concert, dans la pluralité corrosive et salubre de cet espace public.
Religion et violence ? Des pistes pour avancer
La seconde chose que l’événement nous donne à penser, d’un autre côté, c’est le lien entre la religion et la violence. La crainte que nous voyons exprimer, par des penseurs musulmans eux-mêmes, est de voir des nouveaux venus à l’Islam, munis de leur petite litanie de versets (à vrai dire d’abord formés par nos télévisions, internet et jeux vidéos), légitimer n’importe quelle violence. C’était déjà la question de Hobbes, face aux puritains radicaux de la Révolution anglaise. Ceux pour qui il y va de leur « salut éternel » sont dangereux pour la sécurité publique, car ils peuvent aller jusqu’au sacrifice de leur vie. Le poète puritain Milton, auteur du traité Sur la liberté de la presse qui inspira tant Mirabeau, oppose à Hobbes un éloge de la liberté sans entrave, et de la tolérance. C’est ici le nœud d’un vieux problème, car il n’est pas si simple de conjuguer la sécurité et la liberté. La solution de Calvin avait été de former des pasteurs par l’apprentissage du grec, de l’hébreu, et d’instruire le peuple, leur apprendre à lire, à écrire, à interpréter, bref en lançant un formidable mouvement de formation à la condition langagière, historique et interprétative des textes canoniques. On dit qu’il manque à l’islam de France des cadres représentatifs, mais il manque aussi un long travail de culture et de canalisation théologique de la foi — quand la foi a disparu on ne comprend plus l’épaisseur de ces canalisations « dogmatiques », non plus que l’intensité des débats par lesquels nous étions sortis des guerre de religion. Ce sont ces chemins qu’il nous faudra rouvrir ensemble, si nous voulons repartager la liberté et la confiance constitutives d’une démocratie aujourd’hui minée de l’intérieur.
Olivier Abel,
professeur de philosophie et d’éthique
à la Faculté de Théologie Protestante de Montpellier
paru dans la Croix du mardi 13 janvier 2015
C’est vraiment dingue !

Sans même les nommer, il a réussi à ficeler ces humanistes victimes de leur intransigeance libertaire dans le même sac à merde que Dieudonné.

Passage surligné du spoiler :
« Mais nous touchons ici aux limites du comique, de la liberté d’expression et de dérision — limites que nous avions déjà touchées avec l’affaire Dieudonné. Il ne faudrait pas que le « droit de rire de tout » devienne notre sacré ! »

… … … …

Pfffff …
Faut que j’arrête de lire ce type, sans quoi je risque de finir par sombrer dans l’anti-protestantisme primaire !

=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=

Ce jour à 18H37, j’ai constaté que le texte avait été publié, et dans son intégralité, y compris la mise en cause de Michel Jas.
Chapeau !

Je ne pense plus qu’Olivier Abel y pèse tant que ça, à l’Oratoire, mais chapeau tout de même.

Une toute petite réserve toutefois : le lien hypertexte porté par le pseudo « Anthyme » conduisant ici a été neutralisé ; ce qui signifie que mon petit ermitage ne leur apparaît pas suffisamment ‘Cascher’ …

Ahhhh …
Ignorent-ils, ces Réformateurs Oratoriens qu’il y a des aiguillons contre lesquels il leur serait dur de regimber ?

… bon … mon texte est publié … c’est bien.

Quant à eux ; je vais tâcher de les oublier comme ils l’on fait du sentier qui conduisait ici.

— mais non —

L’animateur de Lab’Oratoire, le pasteur Marc Pernot, de par cette édition qu’il a bonifiée d’une correction grammaticale et de style, témoigne d’une ouverture d’esprit tout à fait remarquable.

Reste cependant que je ne m’imagine pas pouvoir publier chez lui un texte exprimant sans réserve ce que, par exemple, je perçois de pervers dans le « sens du sacré » qui a conduit de La Barre à la mort.

Comment un pasteur pourrait-il accepter qu’on dise que ce « sens de l’excessif » que s’approprient les « sages » de toutes obédiences n’est que l’expression moderne du désuet « sens du sacré » qui sublimait les meurtres d’hier : cela reviendrait de facto à stigmatiser comme « pharisiens » les raisonnements de ceux qui comme Olivier Abel ont la prétention d’y adosser une éthique du respect.

… … … …

Hélas, tout « laboratoire » qu’il se présente — et le fait de se réclamer de la Réforme n’y changera rien — Lab’Oratoire devra rejeter pour cause de « toxicité-excessive » toute réflexion qui ravalerait au rang de planteur de clou tout « théologien » du protestantisme contemporain.

Dit autrement : pas de place pour Anthyme qui refuse d’émasculer ses convictions !


**********************************************
**********************************************
Lundi 11 juillet — 11h30 —

Dire que je suis enthousiasmé serait exagéré, mais tout de même !

Je dors très mal par cette chaleur, et me suis de fait assis cette nuit pour lire Lab’Oratoire, notamment la dernière contribution du pasteur Pernot.

Il y parle de « Juste parmi les Justes ».

C’est un thème très « pointu », que les intégristes aussi traitent …
… à leur façon !

Je pense qu’il est excessivement dangereux d’utiliser ces termes sans les définir.
Aussi ai-je bravé l’attitude de réserve que je m’étais décidée quelques heures plus tôt (c’est dingue d’être à ce point versatile !) et rédigeait une réaction que j’ai immédiatement déposée.

Il me fallu un instant pour réaliser que mon texte était édité, sans passer par la case « Imprimatur », et de surcroît sans que le lien hypertexte soit neutralisé !

Ce qui m’évite de me laisser aller, c’est que l’heure tardive de publication — 3h26 — a peut-être faussé la procédure.

Quoi qu’il en soit, aujourd’hui 11h30 le texte ne peut pas ne pas avoir été lu, au moins par lui, et se trouve toujours là, ainsi que le lien cliquable contenu par le pseudo "Anthyme".
(À noter que le « forum Regards protestants » a supprimé tous les liens qui conduisaient ici)

Bigre …
Monsieur le Pasteur Pernot, si vous me lisez, sachez que vous avez réussi à m’épater.
À compter d’aujourd’hui, votre Oratoire devient ‘site Web’ d’Anthyme.
Eh oui ...
Un sentier « relie » aujourd'hui l’Oratoire du Louvre à l’ermitage du désert de Charlie-Hebdo !

Cavanna en rirait, c’est certain …
… mais avec beaucoup de sympathie, je n’en doute pas.


_____________________________________
— 14h40 —

J’ai encore écrit trop vite, car je viens de constater que le lien hypertexte a été supprimé.

Cet après-midi, j’ai une tâche domestique à régler.
Tant mieux, je vais ainsi donner un temps de maturation au courrier que je vais lui envoyer, histoire de vérifier que l’initiative vient de lui.

Si c’est le cas … tant pis …

Je n’ai aucun désir productiviste : d’une part je suis trop flemmard pour m’atteler aux contraintes que ça impose, mais je sais surtout que l’objectif productiviste est l’alibi idéal pour concéder ; ce qui me semble déjà poser le pied dans ce que Bonhœffer appelait « le piège de l’hybris ».

Si c’est lui qui a neutralisé le lien hypertexte, il faudra que ce soit pour (se) protéger (dans) son ministère à l’Oratoire ; et dans ce cas, rien ne changera de mon côté.
Si c'est un(e) autre, pareil.

Par contre, si c’est sa façon à lui de se distancer de moi …
… alors bon voyage !

_____________________________________

Il y a mieux : un Tartuffe a trituré ma rédaction pour en faire l’étai de sa prédication.

J’y réagit à l’instant en publiant l’alerte ci-dessous.
La façon dont Pernot la traitera sera, comme chez Oberlin, son choix de perle …
... et la réponse à mon questionnement :

À l’attention de la modération du forum :
Ce que je lis là ressemble à une solide tranche de plagiat ayant pour but, en le grimant, de vider mon texte de sa substance.
Je serai reconnaissant à la modération, avec ses mots à elle, de bien vouloir le signifier à ce correspondant ; car les miens risquent en effet de le faire avec une violente discourtoisie.
Merci.

Le 12 juillet 2016 à 3:48, pasteur Marc Pernot a écrit:Non, M. Tartuffe, le fait de laisser passer un commentaire ne veut absolument pas dire que le pasteur/modérateur du lieu a jugé cette contribution susceptible de pouvoir apporter un petit quelque chose d’utile ! Mais au mieux que le modérateur n’a pas trouvé trop nocif, pénible, dangereux… ce commentaire. C’est tout à fait autre chose.
C’est avec un gant de velours qu’il a traité ma patate brûlante …
Je décide de garder le contact avec ce bienveillant, même si je doute que son « laboratoire » puisse produire autre chose que des masques cosmétiques.

(— 3h48 — : Nous avons au moins en commun de « vivre » nos nuits !)


_____________________________________
— 13 juillet — Ma relation avec Pernot aura été de très courte durée :

Dans un sujet « Islam », suite à la contribution suivante :
Le 16 mai 2016 à 11:46 — Djemai RAHAL a écrit:…/…La véritable Origine du Coran c’est Dieu . Dans votre commentaire vous parlez d’imams,d’historiens et de philosophes arabes qui ont réellement étudiés l’essence même de la conception du CORAN, et sont prêts à mettre au grand jour les VÉRITABLES ORIGINES de celui-ci? Ca ne va pas vous êtes en train de mettre en cause toute une idéologie je vous le répète encore une fois la véritable origine du Coran c’est Dieu . Le problème qui se pose actuellement ceux sont les différentes interprétations et surtout le comportement contradictoire avec la religion musulmane d’êtres humains qui n’ont rien à voir avec l’Islam.
À 18h30 ; j’avais répondu par le texte ci-dessous :

Ce que vient d’écrire Djemai RAHALE me rappelle la phrase « Les Musulmans n’ont jamais été des terroristes et ils ne le seront jamais » qu’un musulman se présentant « Amine » avait écrite sur le ‘mur’ Facebook de Charlie-Hebdo, peu après le massacre de sa rédaction.

Ci-dessous copie exhaustive de ma réponse d’alors, qui me semble tout à fait en phase avec ce que je viens de lire :
=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=

« Écrire : « Les Musulmans n’ont jamais été des terroristes et ils ne le seront jamais » ; c’est bien …
… mais ajouter un petit bout d’explication aurait été parfait.

C’est ce que je vais tenter de faire.

… … … …

Un dieu, c’est comme un colocataire hyper sympa-serviable.

Il est là, partout en même temps, tout le temps, capable de tout faire tout seul, alors forcément ; tout le monde en abuse en lui demandant tout un tas de choses.

Serviable comme il est, ça ne le dérange pas d’exaucer tout le monde ; hélas, dans le lot des prières, il y en a qui ne sont pas compatibles.

Alors, comme il n’a pas envie de contenter l’un au détriment de l’autre, il s’assoit au coin du feu en attendant que tout le monde se mette à peu près d’accord sur une demande commune.

C’est à ce moment là qu’intervient le Vrai Croyant.

Celui-ci prend un accessoire (en général un flingue) et commence à réaliser sa prière personnelle.

C’est pourquoi, lorsqu’un Musulman tue, il le fait comme un Catholique, comme un Juif, comme un Protestant ; non pour terroriser, mais pour encourager son dieu à se mettre au boulot.

… … … …

Je ne suis pas certain que ce soit la bonne méthode …

… … … …

Sérieusement Amine …

Ce qui caractérise les croyants de toutes confessions ; c’est un sens aigu du sacré, donc du blasphème.
C’est pourquoi ils ont tous en commun l’aptitude de savoir sanctifier leurs meurtres.

Les Musulmans comme tous les autres …
… ni pires, ni meilleurs !

… … … …

Je pense qu’une réflexion qui se veut honnête ne peut se construire que sur cette base. »

=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=

Cet « Amine » ne m’a jamais répondu (mais il est vrai que sur le « terrain » de Charlie-Hebdo, ça lui était peut-être délicat) ; ce qui fait que je me tourne maintenant vers vous, Djemai RAHALE, qui pourriez peut-être vous faire ici son porte parole.


**************************************************

À 20h, j’ai constaté que ce texte avait été effacé.

Me faire censurer au 3° texte : monsieur Pernot fait mieux que l’administrateur du forum  de la paroisse de Chatenay, qui en 2011 m’a viré à mon quatrième.

Donc « exit » son « laboratoire » … Tant pis.

_________________
Rien ne presse ... on ne meurt que demain.
avatar
Anthyme
Admin

Messages : 67
Date d'inscription : 11/01/2015
Age : 64

Voir le profil de l'utilisateur http://www.oniris.be/modules/news/article.php?storyid=20

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pudeurs théologiques

Message par Anthyme le Mar 13 Sep 2016 - 1:06

Pour clore définitivement ce sujet, j’invite un lecteur de passage que ça intéresserait à faire le détour par le sujet « religion athée » où il retrouvera un bout de la queue de ce sectarisme protestant.

rendeer
avatar
Anthyme
Admin

Messages : 67
Date d'inscription : 11/01/2015
Age : 64

Voir le profil de l'utilisateur http://www.oniris.be/modules/news/article.php?storyid=20

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum